Ljubljana est probablement l'une des rares villes dont la place principale arbore un monument dressé à un poète au lieu d'un héros local. France Prešeren (1800-1849), considéré comme le plus grand poète slovène et l'un des plus grands poètes du romantisme européen. Surtout connu pour ses sonnet, il écrivit la plupart de ses oeuvres en langue slovène.

Le monument à Prešeren, oeuvre de l’architecte Maks Fabiani et du sculpteur Ivan Zajc, fut inauguré à l’automne 1905. Il représente Prešeren couronné par la muse de la poésie qui tient un rameau de laurier. D’une des façades de la rue Wolfova toute proche, un portrait sculpté fixe symboliquement Prešeren ; ce visage représente Julija Primic, le grand amour du poète.

© Ivan Thykyi

La place Prešeren se développa à la croisée médiévale formée devant l’entrée dans la ville fortifiée. Au XVIIe s., l’Eglise des Franciscains Marie de l’Annonciation y fut bâtie, l’emplacement modifié mais pavé seulement vers 1850 après la destruction du mur de la ville.

© Dunja Wedam

Après le fort tremblement de terre de 1895, de nouvelles demeures bourgeoises furent construites au bord de la place : les maisons Frisch et Seunig au début de la rue Čopova, le bâtiment de la Pharmacie centrale, puis le magasin Urbanc, la maison Hauptmann, et trente ans plus tard la demeure Mayer. En même temps, de l’autre côté de la Ljubljanica furent édifiés la demeure Filipov dvorec et le Kresija selon les plans de l’architecte de Graz Leopold Theyer.

© Dunja Wedam

Pendant la première décennie du XXe s., la maison Hauptmann fut rénovée en style art nouveau tandis que s’achevait la construction de la maison Urbanc, premier grand magasin de Ljubljana considéré comme l’un des bâtiments art nouveau les plus beaux de la ville. Entre les deux guerres, la place fut arrondie du côté sud par la façade du grand magasin Mayer. Avec le Triple pont de Plečnik, la place se trouva élargie au-delà de la rivière et obtint sa configuration actuelle.

Ljubljana est probablement l'une des rares villes dont la place principale arbore un monument dressé à un poète au lieu d'un héros local. France Prešeren (1800-1849), considéré comme le plus grand poète slovène et l'un des plus grands poètes du romantisme européen. Surtout connu pour ses sonnet, il écrivit la plupart de ses oeuvres en langue slovène.

Le monument à Prešeren, oeuvre de l’architecte Maks Fabiani et du sculpteur Ivan Zajc, fut inauguré à l’automne 1905. Il représente Prešeren couronné par la muse de la poésie qui tient un rameau de laurier. D’une des façades de la rue Wolfova toute proche, un portrait sculpté fixe symboliquement Prešeren ; ce visage représente Julija Primic, le grand amour du poète.

© Ivan Thykyi

La place Prešeren se développa à la croisée médiévale formée devant l’entrée dans la ville fortifiée. Au XVIIe s., l’Eglise des Franciscains Marie de l’Annonciation y fut bâtie, l’emplacement modifié mais pavé seulement vers 1850 après la destruction du mur de la ville.

© Dunja Wedam

Après le fort tremblement de terre de 1895, de nouvelles demeures bourgeoises furent construites au bord de la place : les maisons Frisch et Seunig au début de la rue Čopova, le bâtiment de la Pharmacie centrale, puis le magasin Urbanc, la maison Hauptmann, et trente ans plus tard la demeure Mayer. En même temps, de l’autre côté de la Ljubljanica furent édifiés la demeure Filipov dvorec et le Kresija selon les plans de l’architecte de Graz Leopold Theyer.

© Dunja Wedam

Pendant la première décennie du XXe s., la maison Hauptmann fut rénovée en style art nouveau tandis que s’achevait la construction de la maison Urbanc, premier grand magasin de Ljubljana considéré comme l’un des bâtiments art nouveau les plus beaux de la ville. Entre les deux guerres, la place fut arrondie du côté sud par la façade du grand magasin Mayer. Avec le Triple pont de Plečnik, la place se trouva élargie au-delà de la rivière et obtint sa configuration actuelle.

À proximité 4 / 20

Chargez davantage Saisir les sites proches