L'Histoire de Ljubljana

View Grid Story

Naissance mythique de Ljubljana © D. Wedam

Naissance mythique de Ljubljana

Une légende raconte que Ljubljana fut fondée par Jason, héros de la mythologie grecque, qui enleva la Toison d'or au roi Éétes, et que Jason s'embarqua sur l'Argo avec ses compagnons, les Argonautes, fuyant par la mer Noire et remontant le Danube et la Sava jusqu'à la Ljubljanica. Arrivés là, ils démontèrent leur bateau, le transportèrent jusqu'à la mer Adriatique où ils l'assemblèrent pour rejoindre la Grèce. Chemin faisant vers la mer, ils arrivèrent à la source de la rivière Ljubljanica. Ils s'arrêtèrent au bord d'un grand lac et d'un marais où vivait un monstre. Jason attaqua le monstre, le terrassa et lui ôta la vie. Ce monstre est censé être le dragon de Ljubljana, qui veille aujourd'hui au sommet de la tour du Château, dans les armes de la ville de Ljubljana.

La plus ancienne roue de bois du monde © M. Paternoster

La plus ancienne roue de bois du monde

En 2002, les archéologues trouvèrent dans le Marais de Ljubljana (Ljubljansko barje) les restes de la plus ancienne roue de bois à essieu du monde, qui fut fabriquée entre 3350 et 3100 av. J.-C. . Réalisée en bois de frêne, la roue a un diamètre de 72 cm. L'essieu est réalisé en bois de chêne et mesure 124 centimètres. La roue est conservée au Musée municipal de Ljubljana, actuellement elle n'est pas exposée pour cause de restauration.

Les premiers habitants

Les premiers habitants

Vers 2000 av. J.-C., le Marais de Ljubljana (Ljubljansko barje) était peuplé d'habitants vivant dans des cités lacustres, habitats de bois bâtis sur des pilotis enfoncés dans le fond du marais ou du lac. Ces habitants se déplaçaient sur des canots appelés »drevaki« qu'ils creusaient dans les troncs d'arbre. Ils vivaient des produits de la chasse et de la pêche, de l'élevage d'animaux et de l'agriculture primitive. Les Portes de Ljubljana, dont la position géographique fut de tout temps stratégique, virent très tôt passer de nombreux peuples et populations qui s'installèrent dans l'espace actuellement occupé par Ljubljana. Le bassin ljubljanais accueilli d'abord les Vénètes, ensuite les Illyriens, ultérieurement les Iapodes, mélange d'Illyriens et de Celtes, et vers 300, les Taurisci d'origine celtique.

L'époque d'Emona la Romaine

L'époque d'Emona la Romaine

Emona, le premier nom porté par l'actuelle Ljubljana date de l'époque romaine. Il est probablement d'origine celtique car un siècle av. J.-C., avant l'occupation romaine, le bassin ljubljanais faisait partie du royaume de Norique. Comme poste stratégique qui joua un rôle important pendant de nombreuses guerres, Ljubljana était fortifiée d’un puissant mur d’enceinte. Elle comptait de 5000 à 6000 habitants, en majorité des commerçants, des artisans et aussi des employés d’Etat et des vétérans de guerre. Les rues étaient pavées, les maisons construites en dur, équipées d’égouts publics, de chauffage central ; elles avaient des murs crépis colorés et des mosaïques au sol.

Emona, l’ancêtre antique de Ljubljana © D. Wedam

Emona, l’ancêtre antique de Ljubljana

Aux débuts du christianisme, Emona était parmi d’autres un important centre, son commerce était florissant. La ville avait également sa divinité, la déesse Equrna qui était vénérée à Barje. À la chute de l’Empire romain d’Occident, l’Emona romaine déclina aussi. En 452 la cité fut détruite par les Huns menés par Attila et au temps des grandes migrations de peuples, Emona sombra dans le crépuscule pendant de longues décennies. Les ancêtres slaves arrivèrent dans la région à la fin du VIe s. et commencèrent à établir leur agglomération à l’abri sûr de la colline du château. Peu à peu la ville médiévale naquit.

Le Moyen Âge © D. Wedam

Le Moyen Âge

Au IXe s., les habitants slaves passèrent sous l’administration des Francs. Les incursions des Hongrois étaient fréquentes mais ils furent vaincus par les Allemands qui vers l’an 1000 partagèrent les terres entre leurs familles nobles. Entre 1112 et 1125 le noble Rodolphe de Tarcento fit don au chapitre d’Aquilée de la modeste propriété du château de Ljubljana. Le document qui atteste de ce fait constitue la première mention de Ljubljana. Plus tard, le bassin de Ljubljana passa entre les mains de la famille des ducs Spanheim de Carinthie.

Ljubljana obtient les franchises © D. Mladenovic

Ljubljana obtient les franchises

Le progrès accéléré de Ljubljana qui s’appelait alors Laibach commença au XIIIe s. La ville était composée de trois noyaux : la Place vieille, la Place municipale et la Place neuve. Chacun d’eux était entouré d’une enceinte. Quatre portes menaient à la ville, elles étaient reliées par deux ponts, le pont Bas (Špitalski) et le pont Haut (Čevljarski - des Cordonniers, autrefois appelé pont des Bouchers). En 1220, la ville obtint ses franchises, et entre autres les nobles du château frappaient leur propre monnaie. Les habitants de la ville, surtout les artisans étaient groupés en corporations.

En 1270, le roi tchèque Otokar Premysl s’empara de la ville mais en 1278, dans le cadre de la Carniole, Ljubljana passa sous le pouvoir habsbourgeois. Ces derniers distribuèrent 39 commerces et autres privilèges, ce qui attira des commerçants et des artisans de toute l’Europe. En 1461, ils fondèrent aussi l’évêché et l’Eglise Saint-Nicolas qui devint cathédrale.

L’épanouissement de la culture slovène

L’épanouissement de la culture slovène

Au XVe s., Ljubljana s’affirma aussi dans le domaine des arts. Les deux ateliers de peinture de Janez de Ljubljana et l’atelier de sculpture étaient réputés. Après le tremblement de terre de 1511, la ville fut reconstruite dans le style renaissance et l’enceinte fut élevée de nouveau. Ljubljana, qui comptait au XVIe s. 5000 habitants (environ 70 % Slovènes par la langue), devint alors à la fois le centre culturel et du protestantisme slovène. En 1550, Primož Trubar édita les premiers livres slovènes, le Catéchisme et l’Abécédaire, Jurij Dalmatin traduisit la Bible. À cette même époque, Ljubljana obtint la première école secondaire, une bibliothèque publique et une imprimerie. Puis l’église catholique domina de nouveau ainsi que la Contre-réforme.

Le baroque marque de son sceau l’image de la ville © D. Wedam

Le baroque marque de son sceau l’image de la ville

En 1597 les Jésuites s’installèrent en ville et fondèrent un lycée qui devint ensuite collège. À la fin du XVIIe s., fut fondée l’Academia oporosora, société savante sur le modèle italien. Ses membres invitèrent en ville des bâtisseurs et des sculpteurs étrangers. Ainsi l’image de la Renaissance recouvrit celle de la ville baroque. De nouvelles façades vinrent orner les maisons auxquelles s’ajoutèrent un troisième étage, les intérieurs furent embellis de cours à arcades et d’escaliers. La plupart des églises furent également rénovées ou construites dans le style baroque. Le summum de la création baroque à Ljubljana furent les oeuvres du sculpteur Francesco Robba.

Un des plus anciens orchestres philharmoniques dans le monde © Jakše, Jeršič

Un des plus anciens orchestres philharmoniques dans le monde

L’année 1701 vit la fondation de l’Academia philharmonicora, l’une des premières associations musicales de ce genre hors d’Italie. Les membres d’honneur de la Société de Philharmonie qui lui succéda furent notamment les compositeurs Haydn, Beethoven et Brahms, le violiniste Paganini et en 1881 - 1882, Gustav Mahler en fut l’un des chefs d’orchestre. Au XVIIIe s. les manufactures se développèrent, mais l’importance économique de Ljubljana resta au niveau d’une ville de transit.

L’époque napoléonienne et les Provinces illyriennes © D. Wedam

L’époque napoléonienne et les Provinces illyriennes

Pendant l’occupation française (1809-1813), la ville fut la capitale des Provinces illyriennes. Le slovène devint l’une des langues officielles tandis qu’était ouverte à Ljubljana la première école supérieure. Revenue sous le pouvoir autrichien, Ljubljana accueillit en 1821 le Congrès de la Sainte-Alliance où participèrent plusieurs souverains européens ; il était censé notamment freiner les aspirations des peuples pour la liberté politique et la constitutionnalité. En souvenir de cet événement, l’une des principales places de la ville s’appelle la Place du Congrès.

Prešeren et la période romantique

Prešeren et la période romantique

Pendant la première moitié du XIXe s., la ville changea d'image. Entre autres changement, les berges de la Ljubljanica furent régulées, de nouveaux ponts de pierre ou de fer furent construits. À la même époque, France Prešeren (1800-1849), le poète slovène le plus important, réalisait à Ljubljana son oeuvre poétique de concert avec le courant romantique d'alors. Le souvenir du poète reste vivant aussi pour ses efforts visant à moderniser la langue slovène. Ses poésies sous forme de sonnets sont particulièrement connues de même que les paroles de son poème Zdravljice, devenu hymne national slovène.

L'arrivée du chemin de fer et le rapide développement © D. Wedam

L'arrivée du chemin de fer et le rapide développement

En 1849, le premier train arriva de Vienne à Ljubljana et huit ans plus tard la liaison avec Trieste était achevée. En 1869, la ville comptait 22.593 habitants. Dans les années 60 fut fondée la Société mère Slovène et Ljubljana devint le centre culturel de tous les Slovènes. En 1895 la ville connut un tremblement de terre catastrophique. Elle fut reconstruite surtout par des architectes autrichiens et tchèques. De nouvelles rues furent tracées tandis que grandirent beaucoup de bâtiments de style art nouveau.

À la charnière du XIXe et du XXe s.

À la charnière du XIXe et du XXe s.

À la charnière du XIXe et du XXe s., les modernisations se multiplièrent : l'arrivée de l'eau (1890), l'électricité et le réseau moderne de canalisations (1898), le tramway (1901) et le premier cinéma (1907). La Première Guerre mondiale n'influença la ville que de loin. En 1918, avec l'effondrement de l'Autriche-Hongrie, Ljubljana devint le centre administratif, politique et culturel de la Slovénie dans le cadre du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes. Au temps de la royauté, furent fondées l'Université (1919), la Galerie Nationale (1918) et l'Académie des Sciences et des Arts (1938).

L'architecte Plečnik imprime son sceau à la ville © D. Wedam

L'architecte Plečnik imprime son sceau à la ville

Au milieu des années 30 Ljubljana comptait déjà plus de 80.000 habitants. Dans le faubourg de Bežigrad surtout furent édifiées de nouvaux ensembles modernes selon des conceptions fonctionnelles. Pendant l'Entre-deux-guerres, l'architecte Jože Plečnik participa grandement à projeter l'image de la ville. Dans son travail, il réussit à harmoniser le baroque roman et la sécession germanique. Son sceau est imprimé si fortement dans la ville que cette période architecturale est qualifiée de Ljubljana de Plečnik.

La Seconde Guerre mondiale et Yougoslavie d'après-guerre © Jakše, Jeršič

La Seconde Guerre mondiale et Yougoslavie d'après-guerre

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville fut occupée d'abord par l'armée italienne puis par l'armée allemande. Pour écraser le fort mouvement de résistance, l'occupant entoura la ville de 30 km de fils barbelés en 1942, selon un parcours où passe aujourd'hui un chemin de promenade. Après la guerre, Ljubljana devint la capitale de la Slovénie, l'une des six républiques de la Yougoslavie socialiste. Ce fut le temps d'une forte croissance économique qui attira de nombreux habitants et contribua à l'agrandissement de la ville.

Ljubljana, capitale de la Slovénie indépendante © D. Wedam

Ljubljana, capitale de la Slovénie indépendante

Au plébiscite du 23 décembre 1990, les habitants de Slovénie se prononcèrent pour leur propre pays, indépendant et souverain. L'indépendance fut déclarée le 25 juin 1991 et Ljubljana en devint la capitale. Au mois de mai 2004, la Slovénie entra dans l'Union européenne.

Dates historiques de Ljubljana

2000 avant J.C. Premières cités lacustres sur le marais de Barje
1200 avant J.C. De l'est s'implante dans le bassin de Ljubljana un nouveau peuple (culture des urnes funéraires).
1000-700 avant J.C. Première implantation des Illyriens et des Vénètes.
400 avant J.C. Période d'installation des tribus celtes.
okrog 50 avant J.C. Place forte militaire romaine dans cette zone.
14 après J.C. Au sud-ouest de la Ljubljana actuelle fut édifiée la cité romaine Iulia Aemona (Emona).
600 Arrivée des Slaves, déclin d'Emona.
800 Le territoire passe sous le pouvoir franc.
entre 1112 in 1125

Première mention écrite de Ljubljana.

1200 Ljubljana, appelée Laibach, obtient les franchises.
1243 Ljubljana est mentionnée pour la première fois comme ville.
1270 Le roi de Bohême Otokar Premysl prend Ljubljana.
1278 Après la chute d'Otokar, Ljubljana devient possession des Habsbourg.
1335 Ljubljana devient la capitale de Carniole sous le pouvoir direct des Habsbourg.
1415 Défense réussie contre les premières attaques turques.
1442 Ulrik II. de Celje attaque Ljubljana avec des machines de jet.
1461 Fondation de l'évêché ; l'Eglise Saint-Nicolas devient cathédrale.
1504 Election du premier maire de Ljubljana.
1511 Premier fort tremblement de terre qui touche la ville.
1536 Les protestants fondent l'école corporative latine qui arriva au niveau de lycée..
1597 Arrivée des Jésuites à Ljubljana, deux ans après ils fondent leur lycée.
1693 Fondation de l'Academia Operosora qui rassemblait tous les savants importants de Carniole.
1701 Fondation de l'Academia Philharmonicorum.
1754 Ljubljana compte 9.300 habitants.
1773-1781 Creusement du canal Gruber et construction du palais Gruber.
1797 Parution du premier journal slovène.
1809-1813 Ljubljana est la capitale des Provinces Illyriennes.
1821 Le congrès de la Sainte-Alliance a lieu à Ljubljana.
1849 La liaison ferroviaire avec Vienne est achevée.
1857 La liaison ferroviaire avec Trieste est achevée.
1861 Début de l'éclairage public au gaz.
1890 Fin de la canalisation urbaine.
1895 Un fort tremblement de terre détruit Ljubljana. La ville obtient ensuite une image moderne.
1898 Ljubljana obtient l'éclairage public.
1901 Le tramway commence à circuler dans les rues de Ljubljana.
1918 Fondation du Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes (SHS).
1919 Fondation de l'Université de Ljubljana.
1941 Occupation italienne.
1942 Ljubljana est entourée de fils barbelés.
1943 Occupation allemande.
1945 Libération de Ljubljana qui devient la capitale de la République populaire de Slovénie dans le cadre de la République populaire fédérative de Yougoslavie.
1958 Diffusion du premier programme de télévision.
1991 Ljubljana fête la déclaration de l'indépendance de la Slovénie.
2004 La Slovénie devient membre de l'Union européenne.
2008 La Slovénie préside l'Union européenne.